Comment gérer ses émotions au Tennis

28 juillet 2017

Gérer ses émotions au tennis pour devenir un maitre de la compétition

 

Premièrement, il est important de comprendre que…

…la SEULE RAISON qui fait que la plupart des joueurs n’arrivent pas à reproduire le même niveau de jeu en match qu’à l’entrainement est la façon dont ils se sentent durant les matchs.

Si tu veux jouer le même tennis en match qu’à l’entrainement, il n’y a pas d’autres moyens que d’apprendre à gérer ses émotions au tennis !

Je dirais même maîtriser plutôt que gérer ses émotions au tennis

(qui est totalement différent que de contrôler, j’y reviendrais dans cet article…)

On entend également souvent les joueurs dirent « Je veux être plus confiant » mais la confiance n’est qu’une émotion.

Et la plupart des gens pensent que l’émotion que tu vis dépend des circonstances mais c’est faux :

Tu peux choisir de te sentir confiant dès maintenant. Tu peux choisir de vivre n’importe quelle émotion dès maintenant.

La différence entre émotion et sentiment

La différence entre émotion et sentiment… Hummm vaste débat.

Le but de cet article est de rester pratique et applicable donc j’espère que mes confrères psychiatres et psychologues ne m’en voudront pas si je simplifie des notions.

Mais la seule chose la plus importante à comprendre est qu’une émotion vient du corps. Emotion vient d’ailleurs du latin E-Movere : Mouvement vers l’extérieur. Ainsi une émotion est une énergie en mouvement à l’intérieur du corps.

Une émotion dure quelques secondes maximum…

Alors qu’un sentiment est un ressenti qui vient du mental (Senti-mentale). Un sentiment est donc la continuité d’une émotion que tu entretiens à travers ton discours intérieur.

Je prends un exemple pour rendre cela plus concret :

Tu viens de louper un smash facile… Tu peux alors avoir envie d’exploser ta raquette en ayant du mal à le contrôler, c’est une émotion mais au bout de 10 secondes, ce n’est plus une émotion mais cela devient en sentiment.

Tu continues alors à te sentir frustré non pas à cause du smash râté et de l’émotion mais à cause du discours que tu continues à entretenir dans ta tête qui t’empêche de reprendre le contrôle sur ton état émotionnel. C’est alors un sentiment qui s’installe.

En parlant de frustration, voici la vidéo que je t’invite à regarder :

Autant, il est difficile de contrôler une émotion car elle souvent forte, puissante et subite… Tandis qu’un sentiment est 100% du temps déterminé par nos schémas de pensée dont on peut prendre le contrôle grâce à la triade émotionnelle.

 

La triade émotionnelle

 

Il y a 3 facteurs qui déterminent ce que tu ressens à chaque instant.

Ces 3 facteurs constituent la triade émotionnelle.

Que ce soit du stress, de la détermination, de la confiance…

…toutes les émotions sont toujours conditionnées par ces 3 facteurs. 

Décomposons ensemble ces 3 facteurs :

 

1) La physiologie

 

Chaque émotion est d’abord ressenti dans le corps.

Ainsi si tu veux te sentir confiant avant d’entamer un match, tu dois adopter la physiologie de quelqu’un de confiant :

commence par mettre les épaules en arrière, avoir un regard droit vers l’horizon, sourire légèrement et respirer amplement.

 

Cela marche de la même façon pour toutes les émotions…

Si tu veux te sentir démotivé, commence par baisser les épaules, rentrer le menton, regarder vers le sol.

Le tout en respirant uniquement par la poitrine. Tu as alors la recette miracle pour te mettre dans un état qui t’aidera à balancer ton prochain match.

 

La façon dont tu utilises ton corps détermine comment tu te sens.

Les américains ont l’habitude de dire « Emotion is create by Motion » ce qui signifie « Tes émotions sont crées par tes mouvements ».

C’est également pour cette raison que j’enseigne à tous les joueurs que je coache individuellement comment s’échauffer d’une manière qui permette au coeur de monter en rythme.

Tu dois finir ton échauffement essoufflé et transpirant.

Sinon, cela signifie que tu ne t’es pas assez échauffé.

L’intérêt de s’échauffer de cette manière-là permet à la peur, le stress et l’anxiété que tu peux parfois ressentir avant d’entrer sur le court de se transformer en adrénaline.

Car la peur et l’adrénaline sont les mêmes choses…

La seule différence, c’est le sens que tu leur donne.

 

2) L’endroit où tu portes ton attention

« Tes émotions ne dépendent pas de tes conditions mais uniquement de tes décisions » – Tony Robbins

La deuxième composante qui détermine comment tu te sens, c’est là où tu décides de porter ton attention.

A chaque instant, tu prends 3 décisions sur là où tu souhaites porter ton attention :

  1. Est-ce que tu portes ton attention sur le passé, le présent ou le futur ?
  2. Est-ce que tu portes ton attention sur ce que tu peux contrôler ou ce que tu ne peux pas contrôler
  3. Est-ce que tu portes ton sur ce que tu as ou ce qui te manque

Ces 3 décisions de chaque instant vont déterminer comment tu te sens… Es-tu dans la confiance ou dans le doute ? Dans la gratitude ou dans la frustration.

Ces 3 décisions aussi anodines qu’elles puissent paraitre vont créer et diriger notre vie, nos émotions et notre performance.

1ère décision : Passé, présent ou futur ?

Si tu portes ton attention sur ce qui n’a pas fonctionné dans le passé, tu vas alors forcément recréer un futur qui ressemble à cela car ton cerveau n’est qu’une machine qui peut imaginer le futur qu’à partir de ce dont il se souvient.

Les personnes totalement démotivées et frustrées passent leur temps dans le passé… A se rappeler de ce qui n’a pas fonctionné !

Les entrepreneurs et sportifs de haut-niveau qui réussissent vont osciller entre porter leur attention dans le présent et dans le futur. Dans le présent afin d’être pleinement immergé dans l’instant et dans l’action pour donner le meilleur de lui-même.

Dans le futur pour planifier son agenda ou son planning d’entrainement… Pour anticiper les difficultés qui pourraient se présenter dans une négotiation ou durant un match de tennis par exemple. Mais ce qui est important à comprendre est que les personnes qui réussissent n’attendent pas la réussite pointe le bout de son nez, il la prépare constamment !

2ème décision : Contrôlable ou Incontrôlable

Porter son attention sur ce que tu ne peux pas contrôler mène inévitablement à un sentiment d’impuissance ! Et l’impuissance est la mère de toutes les émotions inadaptées à la performance telles que la frustration, la démotivation, la colère…

Ainsi, si tu souhaites te libérer de ce sentiment d’impuissance, tu dois apprendre à porter ton attention uniquement sur ce que tu peux contrôler.

Tony Robbins, un de mes mentors, dit tout le temps que la recette du malheur consiste à se focaliser sur ce que l’on ne peut pas contrôler mais que malheureusement, c’est la recette la plus communément utilisée dans notre société.

Seulement, si tu veux faire partie des 5% qui progressent massivement et qui prennent du plaisir en match, tu dois apprendre à ramener constamment ton attention sur ce que tu peux contrôler : Ton niveau d’intensité, ton sourire, ton jeu de jambes, l’engagement que tu vas mettre dans chaque frappe…

Le résultat, tu ne peux pas le contrôler mais le fait de donner le meilleur avec les moyens que tu as aujourd’hui, tu peux absolument le faire !

Apprendre à aimer les challenges et se focaliser sur ce que l’on peut contrôler est une clé qu’ont en commun toutes les personnes qui ont l’état d’esprit de la réussite comme j’en parle dans cet article.

3ème décision : Ce que tu as ou ce qu’il te manque

En écrivant cet article, je réalise à quel point tous nos émotions sont uniquement dictés par là où nous portons notre attention. Et notamment par cette 3ème décision.

Car, parlons de la confiance en soi, par exemple… La confiance en soi dépend uniquement de là où tu portes ton attention.

Portes-tu ton attention sur tes faiblesses ou sur tes forces ?

Si tu portes ton attention sur tes faiblesses, tu ressentiras forcément du doute… Tu commenceras à te dire que tu n’es pas à la hauteur et que tu ne peux pas gagner aujourd’hui. A l’inverse, en portant ton attention sur tes forces, tu ressentiras inévitablement un sentiment de confiance.

Si ce sujet de la confiance en soi au tennis t’intéresse, tu peux aller découvrir « comment reprendre confiance en soi au tennis » ICI

Une question que je pose souvent dans mes conférences, c’est combien d’entre vous se disent au moins plus de 3 fois dans un match : « Je suis vraiment nul » ou « Mon revers est pourri ». A chaque fois, j’ai plus de 90% des mains levées dans la salle.

Parce que ces personnes portent leur attention sur ce qui leur manque.

 

Si tu veux te sentir confiant, souviens-toi de tous les matchs que tu as fait où tu es sorti fier de toi.

Pour t’aider, pose-toi simplement la question « Quels sont les matchs que j’ai fait qui m’ont permis de sortir du court et de me sentir fier de moi ? » et laisse venir la réponse car le cerveau ne peut pas ignorer une question.

Et les questions que tu te poses déterminent là où tu portes ton attention.

Or, tout ce sur quoi tu portes ton attention, tu le ressens.

A l’inverse, si tu portes ton attention sur tes précédentes défaites, ton cerveau va forcément créer du doute…

Et dans cet état de doute, tu iras alors chercher toutes les références qui te permettent de douter encore davantage de toi et de ton tennis.

Si tu te demandes « Quels sont les précédents matchs où j’ai vraiment mal joué », tu vas forcément commencer à te sentir mal…

 

Alors oui, tu te dis peut-être que l’exemple que je viens de te donner est débile…

Pas tant que cela tu sais car il t’arrive de te demander « Comment est-ce que j’ai pu rater ce smash ? »

Et comme ton cerveau ne peut pas ignorer une question, il va trouver des réponses du style « Parce que tu es nul »  et tu es alors en train de construire ton propre discours destructeur.

Souviens-toi que ton inconscient mémorise tout ce que tu vis, absolument tout. 

Ce qui signifie que tout est toujours disponible dans ta mémoire. Aussi bien, les moments de défaites et de déception que les matchs où tu étais vraiment content et satisfait de toi-même.

C’est donc à toi de faire consciemment le choix de choisir de porter ton attention sur tes réussites, tes qualités et tes points forts.

Pourquoi ?

Je te le rappelle car tout ce sur quoi tu portes ton attention, tu le ressens.

 

3) Ton langage intérieur

 

« Celui qui ne connait pas le pouvoir des mots ne connait pas le pouvoir des hommes » – David Laroche


Les mots et les expressions que tu utilises influencent également tes émotions…

Si tu te dis « Il joue trop bien », « Je sens rien aujourd’hui », cela ne créera jamais de confiance, bien au contraire…

Si tu veux accéder à un état interne te permettant de jouer ton meilleur tennis, tu dois utiliser un langage adapté.

Tous les mots ont une résonance émotionnelle bien spécifique.

Certaines phrases te donnent de l’énergie et d’autres t’en prennent.

Mets de la conscience sur ton vocabulaire.

 

J’entends souvent des jeunes me dire « J’ai la flemme de m’entrainer ».

Personnellement, je n’ai jamais vu quelqu’un qui est motivé par le mot flemme…

…Alors remplace tout cela par des citations qui t’inspirent !

 

Just do It.

Impossible is nothing.

The futur depends on what you do today.

Ne cherche pas à être le meilleur, cherche juste à être meilleur que la veille.

Tout ce dont j’ai besoin est en moi maintenant !

 

Mets de l’attention sur le vocabulaire, les métaphores et les phrases que tu utilisent. C’est crucial si tu veux aller au bout de ton potentiel.

Bien que notre société ne nous encourage pas à croire cela, la réalité, c’est que tu peux ressentir n’importe quelle émotion en le décidant ! Tu veux ressentir de la confiance ?

Super alors utilise la triade gagnante et agis !

En soi, rien ne procure de la confiance ou du doute, ton émotion est juste déterminée par la manière dont tu interprètes la situation et le signification que tu lui donnes…

 

Je t’invite également à regarder cette vidéo complémentaire :

 

Voilà, j’espère que cet article t’a donné des clés utiles pour mieux gérer ses émotions au tennis. Si il t’a plu, partage-le autour de toi ainsi, tu pourras aider d’autres joueurs grâce aux clés pour apprendre à gérer ses émotions au tennis.

Tu penses que cela peut servir à quelqu'un de ton entourage ? Alors partage-le :)
mentaldacier

About the Author

mentaldacier

Julien Musy, créateur de Mentaldacier, accompagne les joueurs de tennis à exprimer leur plein potentiel en match tout en s'épanouissant sur le court de tennis. Après avoir été plusieurs fois vice-champion de France de Tennis entre l'âge de 12 et 18 ans et sélectionné en équipe de France d'avance, il finit par arrêter le tennis et à abandonner ses rêves à cause d'un mental défaillant. Depuis, il s'est formé dans différents endroits du monde à la recherche d'éléments pour lui permettre de répondre à la question : "Pourquoi deux joueurs ayant le même potentiel auront à long terme des résultats très différents ?". Ses recherches lui permettent aujourd'hui d'accompagner des joueurs entre 12 ans et la première série pour permettre au plus de joueurs possibles d'aller jusqu'au bout de leur capacité.

Leave a Comment:

All fields with “*” are required
chula vista Weed

Thank you! Interesting content.

Leave a Comment:

All fields with “*” are required