Parent de joueur de tennis : Lui permettre de s’épanouir !

4 avril 2017

Parent de joueur de tennis, une véritable compétence

Peut-être que parfois vous vous demandez :

  • Suis-je un bon parent ?
  • Est-ce que je fais comme il faut ?
  • Je n’aurais peut-être pas dû lui dire ça ou faire ça ?
  • Comment faire pour un être bon parent de joueur de tennis ?

C’est normal et cela montre votre implication en tant que parent et pour cela, je vous félicite ! Et j’imagine qu’au fond, tout ce que vous voulez pour lui, c’est qu’il soit heureux ? N’est-ce pas ?

Qu’il soit champion de tennis ou pas, c’est pas cela qui compte. Tout ce qui compte pour vous, c’est qu’il s’épanouisse et qu’il grandisse, je me trompe ?

Super, on est sur la même longueur d’onde. Et dans cet article, j’aimerai vous aider à réaliser cette magnifique aventure de parent de joueur de tennis de la plus belle façon qu’il soit.

Attention, cet article n’est pas une leçon de morale. Je n’ai en aucun cas la prétention de vous dire ce que vous devez faire. J’ai juste envie de vous partager tout ce que j’ai appris de la relation que j’ai eu avec ma mère, avec mon grand-père, de mes différentes études sur le leadership, la confiance en soi et le développement personnel. Et même si parfois, je peux employer l’impératif, c’est juste pour rester dans le flow de l’écriture et en aucun cas pour vous donner des ordres.

Cela vous on peut y aller ? Cool, démarrons alors !

Le leadership en tant que parent de joueur de tennis

Je n’ai pas envie de vous exposer une énième théorie exposant ce que le leadership. Des sociologues le font beaucoup mieux que moi et je n’apporterai donc pas grand-chose d’intéressant.

Je préfère donc vous demander quels sont les personnes qui dans votre vie ont été des bons leaders pour vous ? Quand je dis « être des bons leaders pour vous », j’entends par là quelles ont été les personnes qui vous ont aidé à donner le meilleur de vous-même ?

Si vous deviez citer deux personnes, quelles étaient ces personnes ?

Ok, vous les avez, super ! Maintenant, j’aimerai que vous vous demandiez quelles étaient leurs qualités ? Comment se comportaient-elles avec vous ?

Vous pouvez maintenant vous poser les mêmes questions avec les mauvais leaders auxquels vous avez eu à faire dans votre vie.

Des caractéristiques communes

Si vous avez joué le jeu et que vous avez répondu à ces questions, vous avez dû remarquer que les bons leaders sont des personnes qui croient en vous, qui vous font confiance et qui vous accepte inconditionnellement tel que vous êtes. Ces leaders vous encouragent, soulignent vos victoires. Et ils sont également présent en exposant les faits lorsque vous échouez sans pour autant vous juger.

Vous pouvez également remarquer que ces personnes ne réagissent pas émotionnellement à ce que vous leur dîtes mais sont dans l’écoute active et ont un recul par rapport à cela.

C’est exactement ce que vous devez être avec vos enfants.  Ce que vous devez être ! (et non pas faire). Vous devez avant tout être intelligent émotionnellement peu importe ce que vous faîtes. Vous pouvez observer que j’insiste sur la nuance entre être et faire.

Etre un bon parent de joueur de tennis, ce n’est pas faire mais c’est avant être à travers une attitude qui démontre de l’intelligence émotionnelle. Car au fond, on se fout de ce que vous faîtes, ce qui est important, c’est l’intention dans lequel vous faîtes les choses et non pas le résultat.

Vous ferez des tas d’erreurs (même si je n’aime pas ce concept d’erreur) en tant que parent de joueur de tennis et au fond, cela a peu importance. Ce qui compte vraiment, c’est l’amour inconditionnel que vous allez leur porter. Et surtout comment votre enfant va le percevoir. Je vous explique tout cela dans les lignes qui suivent.

Les 2 facteurs qui permettent à un enfant de se construire

Il existe deux facteurs qui vont déterminer 80% de la construction, l’épanouissement et la réussite de vos enfants. Votre enfant doit :

  • Se sentir aimé inconditionnellement
  • Sentir que ses parents sont fiers de lui

Attention, vous avez vu que je n’ai pas dit être aimé mais plutôt « Se sentir aimé ». Il y a là une nuance importante. C’est que je suis sûr que si vous vous êtes plongé dans cette lecture, vous aimez profondément votre enfant. Néanmoins, ce n’est pas pour autant qu’il le ressentira comme cela lorsqu’il est sur le court de tennis.

Les attentes perçues

Parfois, on a l’impression de vouloir uniquement qu’il s’amuse. Mais lui ne le perçoit peut-être pas comme cela. Et c’est là qu’intervient la communication.

Communiquez avec votre enfant, répétez-lui que vous l’aimez inconditionnellement et que vous êtes fier de lui.

Ma maman m’a répété ces phrases durant toute mon enfance et elle me les répète encore aujourd’hui. A l’époque, je ne me rendais pas compte de la chance que j’avais. Mais depuis que j’ai étudié les domaines comme la confiance en soi, l’estime de soi et la psychologie de la performance, je comprends à quel point j’ai eu de la chance.

Aujourd’hui, je réalise que la relation exceptionnelle que j’ai avec ma maman dépend en partie de la communication que nous avons eu lorsque je jouais. Je savais qu’elle croyait en moi mais n’avait aucunes attentes vis-à-vis de moi. Je savais qu’elle désirait que je gagne car elle savait que c’était important pour moi mais m’aimerait quoi qu’il arrive. Je savais tout ça ! Et je suis sûr que vous avez les mêmes intentions pour vos enfants mais ils ne le savent peut-être pas.

Vous savez, j’ai  des clients qui viennent me voir et me disent « mon père ou ma mère ne m’a jamais aimé ». Néanmoins, c’est faux, ils ont eu la perception que leurs parents ne les ont pas aimés. Or, chaque parent aime son enfant, c’est physiologique.

Et pour que l’enfant le perçoive et puisse bâtir son estime de soi et sa confiance, il est important qu’il le percoive, qu’il le ressente, qu’il sache qu’il est soutenu et aimé inconditionnellement.

Jouer pour ne pas décevoir

J’ai accompagné une joueuse de tennis qui était dans le top 500 mondiale et qui en creusant un peu n’aimait plus le tennis. Et comme par hasard, elle n’arrivait plus à progresser, elle était hyper tendue en match… Pourquoi continuait-elle ?

Au bout de 10 minutes de conversation, elle s’est rendue compte qu’elle continuait pour ne pas décevoir ses parents. Car lorsqu’on joue au tennis, en tant que joueur, on sait très bien que cela demande un investissement en terme de temps, d’énergie et d’argent pour nos parents. Et on se dit alors qu’on ne doit pas les percevoir… Ils ont fait tout ça pour nous…

Sauf que la recherche de la performance motivé par la peur ne tient pas dans le temps et ne permet en aucun cas de libérer le potentiel du joueur. Et même si au fond, tous nos comportements dans la vie sont indirectement motivé par l’amour ou la peur, il est totalement différent de jouer et de se dépasser pour honorer nos parents que pour ne pas les décevoir.

Créer une relation saine

Pour consolider une relation saine avec son enfant joueur ou joueuse de tennis, il est important d’avoir des « conversations puissantes » avec eux pour mettre au clair tout cela. Leur exposer noir sur blanc que vous les aimer quoi qu’il arrive et que ce qui vous intéresse, c’est uniquement qu’ils s’épanouissent.

Cela demande du courage car vous vous exposez aux reproches du type :

  • Tu dis ça mais je sais que tu veux toujours que je gagne
  • Je vois bien que tu n’es pas content quand je perds ou quand je joue mal
  • De toute façon, tu ne t’intéresses même pas à mon tennis
  • Tu me mets tout le temps trop de pression

Alors oui, cela peut-être inconfortable pour vous d’entendre cela. Mais mieux vaut l’entendre maintenant et avoir une conversation dans laquelle vous lui expliquez votre ressenti maintenant que de l’avoir dans 20 ans quand il vous reprochera tout ce que vous avez fait ou pas fait.

Et je sais que vous ne voulez qu’une chose, le bonheur de votre fils ou de votre fille alors prenez une heure, mettez votre égo de côté et assumez cette conversation.

Cette conversation que vous allez avoir avec lui peut transformer à tout jamais la relation. Bien sûr qu’elle sera inconfortable mais c’est à vous, l’adulte, de prendre la responsabilité d’assumer cet inconfort.

On ne parle que de son tennis mais aussi de son développement

Comprenez que la relation « parent de joueur de tennis – joueur de tennis » a le pouvoir de déterminer la qualité de la relation « parent – enfant ».

On ne parle pas ici que de tennis mais de son avenir, de sa construction. Vous savez, j’ai vu tellement de joueurs détruits par le tennis et par la relation qu’ils avaient avec leur parent. Des personnes qui à 30 ans te disent que si ils ne sont pas heureux dans la vie aujourd’hui, c’est à cause de la relation qu’ils avaient avec leur parent à l’époque…

Bien que je pense que c’est à chacun de prendre sa responsabilité d’être heureux. Et qu’être adulte, c’est aussi faire le choix d’assumer nos émotions, nos façons de penser, nos décisions et d’embrasser pleinement notre passé, il est clair que se sentir aimé par ses parents facilite grandement l’épanouissement.

Vous n’avez pas à être parfait en tant que parent de joueur de tennis

J’aimerai finir cet article sur une notion essentielle ! Hier, je discutais encore avec un parent de joueur de tennis qui était intéressé par un accompagnement pour prendre de recul par rapport à cela. Et c’est tout à son honneur ! Cela montre l’implication qu’il a dans l’épanouissement de son fils.

Et au moment où je lui ai parlé de ce que je proposais comme accompagnement, il m’a dit « Oui, ça m’intéresse, ça me permettrait sûrement de mieux faire ce que je dois faire en tant que parent ».

Et je lui ai répondu qu’il n’a rien à « mieux faire ». Etre parent, c’est compliqué et être parent de joueur de tennis, c’est encore plus compliqué. Alors comprenez que vous n’avez pas être parfait. Vous avez juste à l’aimer inconditionnellement et à être fier de lui peu importe les résultats qu’il aura, c’est tout ! Aimer inconditionnellement et être fier de lui ou d’elle ! C’est tout ce qu’il attend de vous.

Posez cette attention et derrière lâchez-prise !

Etre parent de joueur de tennis (et parent en général), c’est comme être un champion du tir à l’arc. Vous devez visez, être centré émotionnellement, faire ce que bon vous semble et derrière lâchez-prise. Une fois que la flèche est partie, les facteurs environnementaux détermineront si la flèche va dans la cible ou non. Vous n’avez plus le contrôle.

Vous n’êtes pas responsable de la carrière de votre enfant

C’est pareil dans le tennis. Vous n’êtes pas responsable de « la carrière » de vos enfants, vous êtes là pour soutenir, pour avoir cette attitude de leader, pour aimer et pour être fier de lui inconditionnellement.

Voilà ce que j’avais à vous dire ! J’espère que cet article vous aura parlé et surtout qu’il vous aidera dans cette magnifique aventure d’accompagner un enfant dans le tennis.

Cette aventure sera un véritable amplificateur de relation (dans le positif comme dans le négatif) alors je vous souhaite à tous de pouvoir activer l’amplificateur de fierté, de confiance et d’amour qu’il y a entre vous et votre enfant.

Si vous pensez que cet article peut servir à des personnes que vous connaissez, je vous invite à le partager. Laissez-moi également un commentaire pour me donner votre avis sur la question. Et je vous dis à très vite pour un prochain article !

 

 

Avec passion,

Julien

PS : Maman, si par hasard tu lis cet article, merci pour toute l’énergie, le temps et l’argent que tu as mis dans mon tennis. Je suis tellement reconnaissant de tout ce que tu as fait pour moi ! Merci du fond du cœur ! Tu as été parfaite durant ces années de compétition et tu l’es encore ! Et je sais que tu le seras toujours !

PPS : Si vous souhaitez bénéficier d’un appel de coaching pour devenir un TOP PARENT de joueur alors réservez votre appel gratuitement en cliquant ici

 

Tu penses que cela peut servir à quelqu'un de ton entourage ? Alors partage-le :)
mentaldacier

About the Author

mentaldacier

Julien Musy, créateur de Mentaldacier, accompagne les joueurs de tennis à exprimer leur plein potentiel en match tout en s'épanouissant sur le court de tennis. Après avoir été plusieurs fois vice-champion de France de Tennis entre l'âge de 12 et 18 ans et sélectionné en équipe de France d'avance, il finit par arrêter le tennis et à abandonner ses rêves à cause d'un mental défaillant. Depuis, il s'est formé dans différents endroits du monde à la recherche d'éléments pour lui permettre de répondre à la question : "Pourquoi deux joueurs ayant le même potentiel auront à long terme des résultats très différents ?". Ses recherches lui permettent aujourd'hui d'accompagner des joueurs entre 12 ans et la première série pour permettre au plus de joueurs possibles d'aller jusqu'au bout de leur capacité.

Leave a Comment:

All fields with “*” are required
La règle n°1 lorsque l'on est parent de joueur de tennis - Mental d'acier

[…] Je vois tellement de parents qui ont oublié que leurs enfants n’étaient pas juste des joueurs ou joueuses de tennis mais avant tout des enfants et des être humains. Ton enfant n’a pas envie de jouer ? Ecoute-le avant tout ! Ton enfant ne veux pas faire de tournoi ? Ecoute-le avant tout ! Ton enfant veux poser sa raquette ? Ecoute-le avant tout ! C’est sa vie, c’est à lui de choisir. Et même si tu penses que ce serait mieux pour lui de continuer pour quelques raisons… Parce que le sport permet développer des capacités qui servent dans la vie… Parce que tu es secrètement passé à côté de ton rêve… Ou pour je ne sais quelle autre raison… C’est à lui de faire ses choix, c’est son chemin… Pas le tien… Alors, oui peut-être que tu aurais aimé que tes parents à toi te soutiennent plus, te poussent plus, t’accompagnent plus. Je le comprends. Mais ce n’est pas pour autant que ton fils ou ta fille veut la même chose. Tu entends ? Super 🙂 (J’avais d’ailleurs écrit un article sur l’importance de privilégier l’épanouissement lorsque l’on est parent de joueur de tennis que tu peux lire en cliquant ici) […]

La règle n°1 en tant que parent au tennis - Mental d'acier

[…] (J’avais d’ailleurs écrit un article sur l’importance de privilégier l’épanouissement lorsque l’on est parent de joueur de tennis que tu peux lire en cliquant ici) […]

perte de poids

Whеn someone ѡrites an article he/she retains thе idea oof
ɑ useг in һis/hеr brain that һow a
user can knw it. Thus thɑt’ѕ ᴡhy this paragraph іs outstdanding.
Thankѕ!

Leave a Comment:

All fields with “*” are required